Contact
bib.durkheim [at] ens-cachan.fr (Bibliothèque Durkheim)

"Luttes et gestion ouvrière dans une usine reprise en coopérative"

L'édition des "Petits déjeuners Durkheim", organisée par la Bibliothèque Durkheim, réédite sa formule petit déjeuner - débat convivial sur 2019.

Ouverte aux chercheurs, enseignants, étudiants et tout public intéressé sur inscription, tous sont invités à débattre suite à la présentation d’ouvrages issus des travaux de recherche menés dans les laboratoires en sciences humaines et sociales de la MSH Paris-Saclay au sein de l'École.

Elle débutera l'année le 18 janvier, avec une séance autour du dernier ouvrage de Maxime Quijoux "Adieux au patronat. Luttes et gestion ouvrière dans une usine reprise en coopérative (Éditions du Croquant, 2018).
Bâtiment Laplace, Bibliothèque Durkheim
Ajouter à mon agenda01/18/2019 9:30am 01/18/2019 12:30pm "Luttes et gestion ouvrière dans une usine reprise en coopérative" Bâtiment Laplace, Bibliothèque Durkheim Europe/Paris public

Le syndicalisme ouvrier en France appartient-il au passé ?
Incapable d’enrayer le déclin que connaît l’industrie depuis quarante ans, il est également confronté à une crise sur le sens de son action militante.

Pourtant, loin des échecs des grandes mobilisations nationales, des syndicalistes mènent des luttes sur leurs lieux de travail, dont on ne mesure pas toujours ni l’inventivité ni les effets. Hélio-Corbeil, imprimerie située à Corbeil-Essonnes, en est une illustration : en février 2012, emmenés par la CGT, les salariés parviennent à reprendre leur entreprise sous forme de Société Coopérative et Participative (Scop). 80 emplois sont sauvés et l’activité est alors relancée.

À partir d’une enquête au long cours, mêlant immersion et travail d’archives, cet ouvrage revient sur l’origine de cette lutte et la mise en place de la coopérative. Il propose une vision différente du syndicalisme, où la gestion constitue une arme de résistance salariale, hier comme aujourd’hui, et s’interroge sur ses conditions d’appropriation. Face à la financiarisation de l’économie, le salut du monde ouvrier passera-t-il par la conquête du pouvoir dans l’entreprise ?

Maxime Quijoux

Sociologue, chercheur au CNRS et membre du Laboratoire Printemps (Professions, Institutions, Temporalités) à l’université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, il est membre associé du LISE (Laboratoire Interdisciplinaire de Sociologie Économique) au CNAM.

Il est l’auteur de Néolibéralisme et autogestion, l’expérience argentine (Éditions de l’IHEAL, 2011)

Inscription conseillée auprès de la bib.durkheim [at] ens-cachan.fr (Bibliothèque Durkheim )