Arthur Jatteau, " Faire preuve par le chiffre ? Le cas des expérimentations aléatoires en économie"
Prix de thèse - Cour des Comptes

Arthur Jatteau

Prix de thèse - Cour des Comptes

La Cour des comptes a distingué Arthur Jatteau en lui décernant un premier prix de thèse pour « Faire preuve par le chiffre ? Le cas des expérimentations aléatoires en économie ».

Elle choisit de récompenser les auteur-e-s qui, quelle que soit leur filière académique, contribuent à la meilleure compréhension, au renouvellement de l’approche théorique et au développement de propositions innovantes dans le champ de la gestion et des finances publiques.

"Porteur d’une réflexion interdisciplinaire, Arthur Jatteau a choisi comme objet d’étude la méthode de l’expérimentation aléatoire, souvent considérée comme étant la plus rigoureuse et la plus efficace pour évaluer a posteriori l’impact d’une politique publique. Tout en reconnaissant l’intérêt de cette approche, Arthur Jatteau a montré combien elle pouvait être complétée par des méthodes classiques utilisées en sciences sociales (entretiens, questionnaires, études documentaires).

...
La thèse d’Arthur Jatteau intéresse ainsi directement les réflexions menées par la Cour dans le cadre de sa mission d’évaluation des politiques publiques."

Expérimentations aléatoires en économie

Arthur Jatteau apporte des précisions sur sa thèse  "La problématique générale est de questionner le rapport à la preuve de la quantification. Comment prouve-t-on à l'aide de chiffres ? Et que prouve-t-on vraiment ?

Pour ce faire, j'ai pris comme objet d'étude une méthode en particulier, très à la mode en économie, celle des expérimentations aléatoires. J'ai montré que l'histoire de cette méthode était méconnue et qu'on gagnerait à mieux la connaître pour mieux l'utiliser aujourd'hui.

Je me suis également intéressé à ceux qui utilisaient cette méthode, en montrant que leurs caractéristiques sociales (notamment leur trajectoire universitaire et professionnelle) expliquait en partie le succès de cette méthode.

Enfin, j'ai ouvert la "boite noire" de cette méthode, en regardant comment, empiriquement et non pas seulement théoriquement, elle entendait faire preuve. J'ai ainsi montré qu'à bien regarder comme elle est pratiquée, on s'aperçoit qu'elle n'est aussi rigoureuse qu'elle est censée l'être en théorie.

J'insiste ainsi sur le fait que le passage de la théorie à la pratique doit être systématiquement pensé, sans quoi on manque les inévitables arrangements qui sont opérés lorsque l'on applique une méthode. Je me suis également attaché à explorer les effets politiques d'une telle obsession pour la quantification".

Parcours d'Arthur Jatteau

Arthur Jatteau, auteur d'une thèse de sciences économiques qu'il a soutenue le 5 décembre 2016 à l’ENS Paris-Saclay, a débuté son parcours universitaire au sein de cette même École, en tant que normalien au sein du département des Sciences sociales, où il y a notamment passé l'agrégation.

Il a obtenu un master à l'EHESS et a préparé sa thèse sous la direction d'une économiste, Agnès Labrousse, et d'un sociologue, Frédéric Lebaron, tous deux enseignants-chercheurs à l'Université de Picardie - Jules Verne.

Il a ensuite suivi Frédéric Lebaron à l'Université de Versailles Saint-Quentin et, en septembre 2016, à l'ENS Paris Saclay, où ce dernier a pris la direction du département de sciences sociales. Il a donc soutenu sa thèse d'économie et de sociologie en décembre 2016, au sein même du département où il avait été étudiant, et du laboratoire IDHES.

Arthur souligne "le rôle capital de mes directeurs de thèse dans cette récompense. Agnès Labrousse, Maîtresse de Conférences en économie à l'Université de Picardie - Jules Verne, et Frédéric Lebaron, Professeur des Universités en sociologie à l'ENS Paris Saclay, m'ont aidé, conseillé, encadré avec disponibilité et rigueur tout au long de ces cinq années de thèse".