Contact
communication [at] ens-paris-saclay.fr (communication)

Sébastien Spitzer, romancier, récompensé par l'ENS à Cachan

Auteur du livre "Ces rêves qu’on piétine" paru aux éditions L’Observatoire, Sébastien Spitzer s'est vu décerné le Prix littéraire de l’ENS Paris-Saclay 2018, pour son premier roman. Celui-ci lui sera remis lors d'une cérémonie qui se tiendra le 20 mars prochain à l'École.
Bâtiment d'Alembert, Hall Villon
Ajouter à mon agenda03/20/2018 7:00pm 03/20/2018 9:00pm Sébastien Spitzer, romancier, récompensé par l'ENS à Cachan Bâtiment d'Alembert, Hall Villon Europe/Paris public

Après 5 mois de lecture, de débats et de réflexions, le jury composé d’étudiants représentant l'ensemble des disciplines enseignées à l’ENS, a choisi de récompenser Sébastien Spitzer pour son premier roman "Ces rêves qu’on piétine" (L’Observatoire).

Programme de la cérémonie

Après un accueil du public à partir de 18h30, la cérémonie débutera à 19h00, avec  :

  • Discours d'introduction du Président de l'École, Pierre-Paul Zalio.
  • Exposé par les deux présidents du jury d'étudiants monté sur scène, des raisons du choix de ce roman
  • Discours de Sébastien Spitzer, lauréat du prix,
  • Séance de questions / réponses du lauréat avec les membres du jury
  • Discours d'un(e) représentant(e) de la ville et appel du lauréat du prix artistique de la ville
  • Remise du prix artistique par les représentants de la ville de Cachan à l’auteur lauréat

Ces rêves qu'on piétine : roman historique

Ces rêves qu’on piétine croise les destins de Magda Goebbels qui organise les derniers jours de sa famille dans le bunker d’Hitler et de rescapés fuyant l’horreur des camps de concentration. C’est donc sous un angle bien particulier que Sébastien Spitzer choisit de décrire la débâcle du régime nazi en mêlant les histoires des bourreaux et des victimes, des vainqueurs et des vaincus. Mais quel est le lien mystérieux entre ces deux récits ?

Les jurés ont été séduits par ce roman bien écrit, très documenté et parfaitement structuré qui décentre le regard sur le régime nazi en s’intéressant à Magda. Selon eux, le style cru est essentiel pour raconter la mort et la débâcle du pouvoir. L’insertion de lettres donne tout son équilibre au livre. Elles sont toujours les bienvenues là où elles sont placées. Ils ont également apprécié que les victimes et les bourreaux soient traités de la même façon, sans jugement.

Prix littéraire et artistique

Le Prix de l’ENS Paris-Saclay récompense chaque année depuis 2000 un premier roman francophone, paru dans le cours de l'année écoulée.

La ville de Cachan, associée à l'événement depuis sa création et forte de sa tradition artistique, offre à l'auteur lauréat, l'œuvre d'un artiste plasticien de Cachan.