Contact
communication [at] ens-paris-saclay.fr (communication)
Inscription

secretariat.ida [at] ens-cachan.fr (Secretariat IDA)

La recherche en Bio-Mems par le Professeur Hiroyuki Fujita

Hiroyuki Fujita, Professeur de Tokyo City University, Directeur fondateur du Laboratory for Integrated Micromechatronics Systems (LIMMS) avec le CNRS, a donné, selon la tradition au Japon, sa dernière conférence en France le mardi 10 avril à l'ENS Paris-Saclay.

Pionnier dans la technologie des MEMS, il a retracé sa carrière, ses recherches et partagé sa vision sur la collaboration franco-japonaise et ses espoirs concernant les futures tendances de recherche dans les systèmes micro-électromécaniques appliqués à la biologie (Bio-Mems).

Le Professeur Hiroyuki Fujita est un fervent défenseur des MEMS, (Micro-Electro-Mechanical Systems / Systèmes micro-électromécaniques), technologies mondialement reconnues, contribuant depuis plus de 30 ans à leur développement.

MEMS et BioMEMS présents dans notre vie quotidienne

Issus des techniques de la micro-électronique, les MEMS font appel, pour leur fabrication, aux microtechnologies qui permettent une production à grande échelle. Ils sont utilisés dans des domaines aussi variés que l’automobile, l’aéronautique, la médecine, la biologie, les télécommunications, ainsi que dans certaines applications quotidiennes comme par exemple l’écran tactile de nos téléphones portables, certains vidéoprojecteurs, téléviseurs haute-définition…

Les BioMEMS sont des systèmes électromécaniques dédiés à la biologie. Ils permettent de développer des applications permettant d’interagir avec le vivant que ce soit à l’échelle des protéines (quelques nanomètres) à l’échelle cellulaire (quelques dizaines de microns) ou encore à l’échelle d’un tissu (quelques millimètres).

Objectif des BioMEMS : faire progresser la recherche médicale grâce à cette microtechnologie.
Ces invisibles dispositifs électromécaniques sont utilisés notamment dans le dépistage précoce de certains cancers, dans le suivi des traitements anticancéreux mais aussi dans diverses applications de santé : accéléromètres intégrés dans les pacemakers et défibrillateurs, implants rétiniens, capteurs de pression sanguine, exosquelette, dispositifs d’aide auditive etc.

L'engagement du Professeur Fujita

Hiroyuki-fujita-17web2.jpg

Retraité de l’Université de Tokyo (l’Institut de science industrielle (IIS) depuis la fin du mois de mars 2018, il a fondé en 1995 avec le CNRS, le LIMMS (Laboratory for Integrated Micro-Mechatronic Systems), première unité mixte internationale franco-japonaise basée à l'Université de Tokyo, dont il a été directeur pendant 5 ans. il est aujourd’hui Professeur de la Tokyo City University et est aussi directeur du laboratoire de recherche avancée de Canon Medical Systems Corporation.

À l’origine Docteur en ingénierie électrique à l’Université de Tokyo en 1980, il s’est engagé très tôt dans le domaine de recherche des MEMS et dans leurs applications en nano, biotechnologies ainsi que dans l’internet des objets. Il a publié plus de 300 articles universitaires et a reçu de nombreuses récompenses dont l’Ordre des palmes académiques du gouvernement français ainsi que le titre Docteur Honoris Causa de l’ENS Paris-Saclay en 2004. Il fut également professeur invité au Massachusetts Institute of Technology et à l’University of California de Berkeley.

L'importance des collaborations internationales

Le Professeur Fujita a rappelé l’importance qu’ont joué les collaborations entre chercheurs et jeunes chercheurs d’Europe (France, Allemagne,  Angleterre, Pays-Bas…) venus travailler au Japon, au sein du LIMMS. Chaque chercheur a apporté ses contributions tout en bénéficiant des moyens technologiques de l’IIS (Institute of Industrial Science - Université de Tokyo) en termes de micro et nanotechnologie, biophysique, fabrication de bio-puces et biologie. « Nous avons encore à poursuivre ces collaborations », soutient le Professeur Fujita au cours de sa conférence.

« Une des plus belles réalisations qui reflètent les relations étroites entre le Japon et la France dans le domaine des Bio-MEMS a été la création en 2014 du laboratoire SMMiL-E (Seeding Microsystems in Medicine In Lille European japanese technologies against cancer) qui accueille des chercheurs de l’IIS de l’Université de Tokyo en France, au sein du Centre Oscar Lambret de Lille », complète le Professeur. Les micro-technologies des MEMS sur lesquelles nous avons travaillé pendant 20 ans ont pu ainsi être utilisées dans le champ biomédical en cancérologie sur le site d’un hôpital, une première en Europe ! ».

Hiroyuki-fujita-14.jpgLe Professeur Hiroyuki Fujita conclut sa conférence en remerciant tous les collaborateurs qui ont soutenu ses projets au cours de sa carrière, rappelant la nécessité, dans la recherche en Bio-MEMS, d'approches interdisciplinaires et de la mise en commun des savoirs à l’international. Il fut vivement remercié par ses collaborateurs du CNRS, de l’ENS Paris-Saclay et de l’Université Paris-Saclay.

Hiroyuki-fujita-28web.jpg

De gauche à droite, Bruno Le Pioufle, professeur des universités à l'ENS Paris-Saclay, Keitaro Nakatani, vice-président    en charge de la Recherche à l'ENS Paris-Saclay, le Professeur Hiroyuki Fujita, Jean-Yves Marzin, Directeur de l'INSIS CNRS, Eric Leclerc, Directeur du LIMMS