Diversité sociale dans les écoles normales supérieures

Les Présidents des ENS, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, Florence Parly, ministre des Armées et Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées. Crédit photo : MESRI/XR Pictures.
Les quatre écoles normales supérieures (ENS, ENS Paris-Saclay, ENS de Lyon, ENS de Rennes), trois écoles de commerce (ESSEC, ESCP, HEC) et l’École polytechnique ont remis ce matin leur rapport sur la diversité sociale au sein des grandes écoles à Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, en présence de Florence Parly, ministre des Armées.
La ministre avait chargé en juin 2019 les dirigeants de ces écoles d'établir des propositions.

Le rapport sur la diversité sociale

Ce rapport souligne le rôle singulier des ENS dans l’enseignement supérieur qui est de sélectionner partout les meilleur.e.s étudiant.e.s pour leur proposer un parcours vers la recherche et par la recherche. Y parvenir suppose de lutter contre les biais sociaux de recrutement.

Des dispositifs de repérage, dès le lycée, voire le collège

Les ENS préconisent des dispositifs de repérage, dès le lycée, voire le collège, des jeunes ayant le potentiel pour poursuivre des études dans les très grandes écoles. Le rapport souligne que la diversification des modes de recrutements dans les ENS est une des clés d’une diversité sociale accrue des normaliens.

Ainsi, à l’ENS Paris-Saclay, le taux de boursiers passe-t-il en moyenne de 23% à 32% entre les concours CPGE et les autres voies de recrutement. La poursuite de cette diversification des recrutements passe par le renforcement des partenariats avec les formations universitaires de premiers cycles.

Le rapport constate que lors des concours, c’est la phase écrite qui est la plus discriminante socialement et préconise donc que soit étudié un système de bonification aux concours d'entrée pour les candidats boursiers.

Un soutien financier tout au long d’un parcours

Le rapport rappelle enfin qu’on ne peut réussir à engager des jeunes issus de milieux défavorisés dans des études longues et difficiles sans un soutien financier tout au long d’un parcours qui, pour 80% des normaliens, va jusqu’au doctorat.

Dans le contexte de l’Université Paris-Saclay, l’ENS entend renforcer ses collaborations avec la Maison d'Initiation et de sensibilisation aux Sciences (MISS), développer des partenariats avec des classes préparatoires ayant un nombre important de boursiers et avec l'institut Villebon Charpak.

L'ambition commune des ENS est d'amener les meilleurs étudiants, quels que soient leurs origines sociales à s'engager dans des formations de très haut niveau pour des carrières dans les métiers de la recherche et des emplois académiques.