Contact
tutorat [at] ens-paris-saclay.fr (Lætitia GENTOT)

Édith Turpyn, "marraine" de deux classes de CM1/CM2 en 2022

Edith Turpyn
Edith Turpyn du département Biologie
Le marrainage/parrainage s'inscrit dans le plan égalité des chances élaboré par l'ENS Paris-Saclay pour développer des actions en faveur de la diversité et de la réussite étudiante. Elle permet de valider l’activité "Diffusion des savoirs" du diplôme de l’École. En mars 2022, Éva Thuillier & Édith Turpyn, en 2nd année au département de Biologie, ont animé 2 séances dans 2 classes de CM1-CM2 sur le thème "Découverte du monde microscopique". Retour d'expérience par Edith Turpyn...
Sensibiliser les élèves lors de telles actions de marrainage c’est leur donner une chance à tous de découvrir ce qu’est la recherche, leur donner un aperçu concret de ce domaine professionnel et qui sait, peut-être même provoquer des vocations chez certains d’entre eux.

Quel est votre parcours ?

J’ai suivi un cursus universitaire de deux ans (licence 1 et licence 2) en Île-de-France avant d’intégrer l’École Normale Supérieure de Paris-Saclay sur dossier. J’étudie la biologie et plus particulièrement la biologie santé. Je suis actuellement en 3e année de diplôme de l’ENS en M2R de physiopathologie humaine. Lors du marrainage, Eva et moi étions toutes deux en 2e année de diplôme, en Master 1 de Biologie-santé.

Comment avez-vous connu le marrainage ?

Eva a eu un premier contact avec tutorat [at] ens-paris-saclay.fr (Madame Gentot), à l’origine de ce projet. Éva THUILLIER, ne pouvant porter ce projet seule, s’est très vite tournée vers la promotion de biologiste de 2020 pour nous demander si l’un d’entre nous serait partant.

Comment s'est monté le projet avec l'école des Neuveriesde Gif-sur-Yvette ? Quelles ont été vos interactions avec le corps enseignant ?

L’école des Neuveries s’était montrée tout de suite partante pour la mise en place de ce projet. C’est la première fois quun tel projet se faisait et il a fallu le construire de novo avec l’aide de l’administration, de la présidence de l’école ainsi qu’avec le corps enseignant du DER de Biologie. Nous avions pour ainsi dire carte blanche. Le projet s’est construit comme un puzzle, petit à petit, pièce par pièce.

Pour le choix du thème, nous avions définie ce qui nous paraissait important avec Eva : un sujet ancré au quotidien des élèves et à l’actualité, qui permette la mise en place d’expériences originales que les élèves n’ont pas l’occasion de faire à l’école ou chez eux et le tout avec un matériel simple et transportable. C’est pourquoi nous avons pensé au monde microscopique, nous permettant d’aborder avec les élèves des sujets comme les levures alimentaires que l’on retrouve dans leur repas de tous les jours et les virus, tristement d’actualité. Madame Lartigue nous a suggéré de mettre en place un livret, permettant de fournir aux élève un support écrit, trace de notre visite.

Madame Péris-Delacroix, responsable d’enseignements de microbiologie et de stages pédagogiques, nous a grandement aidées dans le choix des expériences à réaliser avec les classes de CM1 et CM2. Elle a d’ailleurs également animé un atelier d’observation de cultures bactériennes dans nos salles de TP lorsque les élèves sont venus visiter l’École.

Comment se sont déroulées les séances ?

Ces deux séances ont été organisées de manière similaire : une présentation interactive et un "brain storming" autour du thème du jours, suivis d’une partie manipulation en groupe de 4 ou 5 élèves.
La séance se clôturait en général après un échange autour de ce que nous avions fait.

La première séance avait pour thème les levures de boulangerie et la seconde les microorganismes du fromage. Les enfants ont pu observer des levures au microscope et comprendre le principe d’expérience témoin. Nous avons également réalisé une expérience permettant la visualisation de la libération de CO2 par les levures lors de la fermentation grâce à des ballons de baudruche fixés à des tubes à essai.

Lors de la seconde séance, nous avons monté sur lame puis observé au microscope de la croute de camembert et de la moisissure de roquefort. Nous avions également préparé en amont avec Eva un frottis de bactéries de yaourt colorées au bleu de méthylène. Cela a été rendu possible grâce à l’aide de l’équipe technique du DER de biologie qui nous a prêté tout le matériel nécessaire.

Les élèves connaissaient-ils l'ENS Paris-Saclay ? le monde de la recherche ?

Les élèves connaissaient en partie l’ENS Paris-Saclay en tant que bâtiment présent dans leur ville plus qu’en tant qu’École. Ils n’étaient pas particulièrement renseignés sur les matières qui y sont enseignées ni sur nos valeurs. Nous avons pu les leur présenter, sous forme d’un powerpoint interactif.
Certains d’entre eux connaissaient la recherche via leurs parents. Cela est peu étonnant compte tenu du nombre de laboratoires de recherche installés à Gif-sur-Yvette et ses environs.
Nous espérons avoir pu ouvrir un peu plus encore leur regard sur la recherche et les missions de l’ENS Paris-Saclay.

Quel a été le retour des élèves ?

Tout au long des séances, nous avons trouvé les élèves intéressés. Les échanges et les questions/réponses étaient toujours passionnants et nous avons été agréablement surprises par la systématique pertinence de leurs questionnements. Certaines élèves ont, il me semble, été encouragées par l’image féminine de la recherche que nous leur avons donnée et ont formulé leur souhait de devenir des scientifiques. J’en ai été très touchée.

En quoi cette action en faveur de la diversité vous parait-elle importante ?

La recherche est un milieu qui repose sur la communication, entre chercheurs mais également avec le grand public. Ce sont des métiers qui peuvent sembler très abstraits, même pour des personnes adultes, et particulièrement pour des enfants dont les parents ont des professions qui en sont éloignées.

Sensibiliser les élèves lors de telles actions de marrainage c’est leur donner une chance à tous de découvrir ce qu’est la recherche, leur donner un aperçu concret de ce domaine professionnel et qui sait, peut-être même provoquer des vocations chez certains d’entre eux.

C’est également leur montrer que oui, des filles peuvent faire des sciences, elles peuvent entrer dans de grandes écoles de sciences et faire de la recherche leur métier. Il nous tenait à cœur d’inciter les jeunes élèves à suivre leur envie de faire des sciences malgré certains vieux stéréotypes et une image de ce milieu qui est longtemps restée majoritairement masculine.

Sur un plan personnel, ce marrainage m’a permis de me rendre compte de la difficulté de la vulgarisation : rendre des concepts compréhensibles sans pour autant tomber dans le faux ou la sur-simplification. J’appréhendais de me retrouver devant une vingtaine de paires d’yeux curieux et finalement, j’ai adoré cette expérience.

Je remercie madame Gentot qui est à l’origine de la mise en place de ce projet. Cela nous a demandé beaucoup de travail et d’investissement, mais si cela était à refaire, je le referais sans la moindre hésitation.


 

Eva Thuillier & Edith Turpyn ont animé deux séances dans 2 classes de CM1-CM2 sur le thème "Découverte du monde microscopique".
Cliquez sur l'image pour voir le poster en entier.

Cette action fait partie du volet sensibilisation des publics primaires, collégiens et lycéens aux sciences et à leurs pratiques mais reste à destination des écoles primaires de l’Essonne et en particulier des écoles du plateau de Saclay.

Plus d'informations